Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 10:30

 

Origines

 

Déjà, au cours de la période Asuka, l'empereur Temmu (40) (631-686), qui avait beaucoup d'enfants (> 30), avait pressenti que la maison impériale allait atteindre dans l'avenir une taille qui la rendrait ingérable, et pour éviter les problèmes de succession au trône, il décréta que les descendants des empereurs, sauf le Prince Héritier, devaient être privé du rang de prince et à la place recevraient un nom de famille, un Kabane . ( Les kabane étaient divisés en deux grandes classes : ceux attachés aux personnes prétendant descendre de la lignée impériale 皇別kōbetsu, et ceux attachés aux personnes prétendant descendre des dieux 神別 shinbetsu . ) Durant l'ère Heian (794-1185), quatre clans dominèrent la politique du Japon: les Fujiwara, les Minamoto (Genji), les Tachibana et le clan Taira, également connu sous les noms de Heike (平家) et Heishi (平氏), d'après la prononciation chinoise du caractère pour Taira (Hei), shi (氏)signifiant clan et ke (家), famille.

 

Le Prince Takamune, (804-867) fils du Prince Kazurawa et petit fils de l'empereur Kammu (737-806 50ème empereur) fut le premier à prendre le nom Taira, recevant le kabane de Taira no Ason en 825. Son frère, le Prince Takami fut autorisé par l'empereur à donner à son fils Takamochi le nom de Taira en 889.

Ensuite, les descendants de l'empereur Nimmyō, Montoku et Koko ont également reçu le nom de Taira. Les lignes héréditaires spécifiques de ces empereurs sont désignées par le nom posthume de l'empereur suivi de "Heishi"; par exemple, "Kammu Heishi," est la branche du clan Taira descendant de l'empereur Kammu. Elle fut aussi la plus importante. L'histoire du clan Taira se déroule pendant la période Heian et se termine en 1185 c'est à dire à la bataille navale de Dan-no-ura ( 壇の浦の戦い, Dan-no-ura no tatakai ) qui marque la défaite du clan dans sa lutte contre le clan Minamoto, et la fin de la guerre du Gempei.

 

LA MONTÉE EN PUISSANCE DES PREMIERS TAIRA

 

: À l’époque du clan Fujiwara, le nom familial de Taira est donné à une branche cadette de la descendance de l’empereur Kanmu (50) (règne : 781-806), à laquelle est confiée la mission de protéger les intérêts de la famille impériale dans les provinces. On voit qu'a partir de l'origine du clan, il s'est divisé en de nombreuses branches, soit à vocation guerrière comme la branche d'Isé, soit fournissant plutôt des fonctionnaires comme la branche issue de Takammune. D'autres branches ont carrément changé de nom, en fonction du lieu géographique ou elles étaient implantées, comme les branche Chiba, Hôjô ou Miura par exemple. A noter qu'au cours des affrontements du clan Taira et du clan Minamoto, les branches Chiba et Hôjô ont plutôt soutenu les Minamoto, bien qu'étant issues des Tairas.

 

Taira no Masakado 903-940

Masakado descendait du Prince Takamochi, arriere petit fils de Kanmu. Son père, Taira no Yoshimochi ( ou Yoshimasa suivant les sources) avait été nommé général chargé de la pacification. Masakado appartenait à un clan puissant, installé de longue date dans le Kantô. Dans sa jeunesse il sert à la cour puis va s'installer comme gentilhomme campagnard dans l'est du Kantô, dans la province de Shimosâ, au Nord est du Tokyo actuel. Les premiers incidents ont lieu en 935, et étaient plutôt dus à un problème familial qu'à une véritable révolte contre le pouvoir de la Cour. Il semble qu'un conflit existait entre Masakado et son oncle Kunika qui s'opposait à son mariage avec sa fille. La tension est montée, et Masakado à quitté sa province de Shimosa pour aller dans celle d'Hitachi pour attaquer son oncle . A la bataille de Nomoto, Kunika et son frère Yoshikane sont tués. Masakado est convoqué à la Cour mais plaide sa bonne foi devant Fujiwara et finalement il est pardonné et retourne dans sa province. Mais les tensions ne sont pas retombées pour autant, et Masakado doit faire face a d'autres attaques.ces incidents vont durer jusqu'en 939. Prenant ouvertement position contre le gouverneur local, Masakado rallie à lui plusieurs notables locaux mécontents, prend d'assaut le siège de l'administration locale du Hitachi, l'incendie et retient prisonnier le gouverneur. Il s'arroge certaines de ses attributions, puis s'empare des administrations des provinces voisines de Shimôsa et Kasusa et prend toutes les prérogatives régaliennes dans les provinces qu'il occupe. En 939, la révolte de Masakado s'étend aux 8 provinces du Kantô. L'affaire est alors jugée sérieuse par la Cour, d'autant que Masakado prend le titre de Shinnô, Nouvel Empereur, ce qui laisse à penser qu'il veut créer une nouvelle monarchie dans l'est du pays. Il nomme des gouverneurs dans les provinces du Kantô, projette de construire une nouvelle capitale dans le Shimôsa, décrète une ère nouvelle et veut mettre en place une cour impériale copiée sur celle de Heian. La Cour est très surprise par l'importance de cette révolte. Elle envoie des troupes pour y mettre fin et le 25 mars 940, Masakado est tué par les forces de Fujiwara no Hidesato à la bataille de Kojima. Sa tête est ramené à la capitale ou elle est exposée au marché de l'Est. Selon la légende, plus tard sa tête prend son envol et va atterrir à Shibasaki, un petit village de pêcheurs au bord de l'océan et le futur site de Edo , qui devint plus tard Tokyo. Sa tête est enterrée sur un mont dans la baie de Tokyo. Mais depuis la mer a reculé de 3 km et le"Kubiza" se trouve vers la sortie C5 de la station de métro d'Otemachi à Tokyo. Masakado jouit encore aujourd'hui une grande popularité au Japon. Il a laissé le souvenir d'un guerrier qui s'est opposé au pouvoir de la Cour. Il est le premier et le seul à s'être déclaré empereur en n'appartenant pas à la lignée impériale.

 

Taira no Tadatsune 967-1031

Au début du XIeme siècle, (il est mort en 1032) il tente de réaffirmer le pouvoir de sa famille sur les provinces de l’Est (Kanto), mais la cour envoie aussitôt Minamoto no Yorinobu (968-1048) calmer ses ardeurs. C’est le début de la lutte entre les Taira et les Minamoto, ce premier épisode se soldant par la victoire des seconds, qui placent les Taira sous contrôle.

 

Taira no Masamori

EN 1108 il est chargé par la cour de mettre fin à la révolte d'un membre du clan Minamoto qui occupe une partie occidental de la mer intérieure. Il remplit cette mission avec succès, se faisant ainsi remarquer par L'empereur qui autorise la famille à s'établir dans la partie occidentale du Japon, ou le commerce avec la Chine est florissant.

 

Taira no Tadamori

Fils de Masamori, il poursuit l’œuvre de son père. A la demande de l'empereur retiré Toba, il est envoyé pour réprimer la piraterie en mer intérieure. En récompense de ses succès, il est nommé haut fonctionnaire de l'Insei et reçoit la charge de domaines en Bizen (près d'Okayama) Il se constitue ainsi une importante fortune personnelle grâce au commerce avec les marchands chinois. Vers 1150, les Taira fondent déjà leur puissance sur les liens privilégiés qu'ils ont établis avec l'empereur retiré en même temps qu'ils contrôlent les côtes de l'Ouest du pays. Tadamori est également crédité de la construction du Rengeō-in à Kyoto, qui comprend le plus long bâtiment en bois du monde, le Sanjusangen-Dô

 

Taira no Kiyomori 1118-1181

 

Fils de Tadamori, ou peut être de l'empereur retiré Shirakawa ?

D'abord commandant des gardes du Palais dans la capitale, en 1146, il est nommé gouverneur de la province d'Aki (Ouest d'Hiroshima)

En 1156, à la mort de Toba, l'Empereur Sutoku cherche à prendre le contrôle de l'In pour obliger Shirakawa à abdiquer et placer son propre fils sur le trône. Cet épisode est appelé Rébellion de Hōgen (保元の乱, Hōgen-no-ran) . Dans le camp du jōkō Sutoku, on retrouve Fujiwara no Yorinaga, ainsi que Minamoto no Tameyoshi et son fils Minamoto no Tametomo, de même que Taira no Tadamasa. L'autre fils de Minamoto no Tameyoshi, son héritier Yoshitomo, se trouve quant à lui dans le camp de l'empereur en titre, de même que Taira no Kiyomori, chef du clan Taira et neveu de Tadamasa.

Le siège du palais de Shirakawa, un palais appartenant à Sutoku, constitue le principal affrontement de la rébellion de Hōgen. Durant la nuit du 29 juillet, Kiyomori et Yoshitomo conduisent leurs troupes à l'attaque du palais et le réduisent en cendres. Fujiwara no Yorinaga meurt durant la bataille, Sutoku est envoyé en exil, La domination des Fujiwara sur la cour est terminée, mais Yoshitomo et Taira no Kiyomori établissent leurs clans respectifs en tant que nouveaux pouvoirs politiques à Kyōto amenant pour la première fois les samouraïs dans les hautes sphères du pouvoir.

Leur cohabitation dure peu de temps, jusqu'a ce qu'éclate La Rébellion de Heiji (平治の乱 Heiji-no-ran).

Cette lutte en 1160 oppose Minamoto no Yoshimoto et Taira no kiyomori. Profitant de l'absence de Kiyomori, parti en pélerinage, Minamoto no Yoshitomo et Fujiwara no Nobuyori prennent d'assaut le palais de Sanjō et font prisonniers l'empereur retiré Go-Shirakawa et son fils Nijô. Nobuyori force le jeune empereur à le nommer Chancelier. Taira no Kiyomori, accompagné de son fils Shigemori et de quelques hommes, revient en hâte à Kyōto. Il rassemble ses forces et réussi à maîtriser les Minamoto et à libérer Go-Shirakaawa et Nijô. Les Taira sortent vainqueurs, décimant le clan Minamoto. Les enfants en bas âge de Yoshitomo sont toutefois épargnés et exilés. Taira no Kiyomori prend le contrôle des richesses et des terres des Minamoto. Kiyomori accède aux plus hautes fonctions. -

 

Carrière de Kiyomori

En 1160, il accède au 3eme rang inferieur (shô sanmi) et obtient un poste d'Auditeur (sangi) au ministère des Affaires Suprêmes, ce qui lui donne accès à la catégorie des "Hauts Dignitaires" (kugyô) . Il est ainsi le premier militaire à obtenir une telle faveur.

En 1161, il devient Second Conseiller (shûnagon)

En 1165 il est nommé Grand Conseiller (Dainagon)

En 1166 il devient Tiers Ministre (naidaijin)

Et en 1167 il parvient au sommet de la hierarchie en devenant Daijô daijin , Ministre des Affaires suprêmes, avec le 1er rang mineur.

En 1168, il donne des fonds importants permettant la reconstruction du temple d'Itsukushima à Miyajima. Il tente de déplacer la capitale à Fukuhara (aujourd'hui Kōbe) mais au bout de 6 mois elle revient à Kyoto. En même temps il fait nommer son fils Shigemori Grand Conseiller (Dainagon), et place l'ensemble des membres de sa famille dans des postes officiels. Les Tairas investissent tout, provoquant les rancœurs que l'on imagine, surtout chez les Genjis.

En combinant le prestige de la Cour avec la fonction de chef des guerriers, Kiyomori dispose d'un pouvoir immense, supérieur à celui jamais atteint par les Fujiwara ou les empereurs retirés. On dit qu'en 1170 il contrôle environ 30 Province sur les 66 du Royaume, et qu'il possède environ 500 shoen. On cite souvent cette parole d'un de ses jeunes frères, Tokitada , qui montre bien leur état d'esprit à l'époque de leur splendeur :

 

"kono ichimon ni arazaramu hito wa mina ninpinin narubeshi"

" Tous ceux qui ne relèvent pas de cette parenté ne sont qu'humanité non humaine."

(in : Bernard Franck ~Dieux et Bouddhas au Japon)

 

Cependant, à peine 3 mois après son accession au poste de Daijôdaijin, tourmenté par la maladie, il décida d'entrer en religion bouddhique sous le nom de Jôkai. Il n'en continua pas moins d'exercer son pouvoir et son influence jusqu'à sa mort en 1181.

Sa fille Tokuko est adoptée par l'empereur retiré Go Shirakawa, et elle épouse le 80 ème empereur, Takakura âgé de 1ans .Elle sera ensuite la mère de Antoku (81 empereur) ce qui fait de Kiyomori le père de l'impératrice et le grand père de l'empereur.

 

Guerre de Genpei 源平合戦 Genpei kassen

 

En 1177, les relations entre l'empereur retiré Go-Shirakawa (後白河) et le clan Taira deviennent très tendues, et l'ancien empereur tente un coup d'État pour renverser le Daijō-daijin (太政大臣) (premier ministre) Taira no Kiyomori (平清盛. Celui-ci sort vainqueur du conflit, le fait arrêter en 1179 et abolit l'insei (院政), ou gouvernement retiré, ce qui provoque une forte opposition anti-Taira.

Le 21 mars 1180, Taira no Kiyomori met sur le trône impérial son petit-fils Antoku (安徳), alors âgé de seulement un an, après l'abdication de l'empereur Takakura (高倉)

. Le prince Mochihito (以仁王), fils de Go-Shirakawa, s'estime lésé de sa place sur le trône et, avec Minamoto no Yorimasa, lance le 5 mai un appel aux armes aux diverses familles de samouraïs et aux monastères bouddhistes.

Conclusion :

Les premières phrases du Heike monogatari , le roman qui relate le cycle épique des Taira et de Minamoto :

:ぎおんしょうじゃ かね こえ しょぎょうむじょう ひびき あ

祇園精舎 の 鐘の聲、諸行無常 の 響き有り

gion shôja no kane no koe Shogyōmujō no hibiki ari

"Du monastère de Gion le son de la cloche, de l’impermanence de toutes choses est la résonance.

Des arbres “shara” la couleur des fleurs démontre que tout ce qui prospère nécessairement déchoit. L’orgueilleux certes ne dure, tout juste pareil au songe d’une nuit de printemps. L’homme valeureux de même finit par s’écrouler, ni plus ni moins que poussière au vent. "

 

L'histoire du Clan Taira est l'illustration de la prise du pouvoir par une nouvelle classe dominante, celle des bushi, des gens de guerre, qui va durer jusqu'en 1868. (avec d'autres clans) C'est aussi l'illustration du grand principe bouddhique de l'impermanence. Avec Kiyomori, le Clan Taira a atteint les sommets du pouvoir et de la fortune, mais à vouloir trop de pouvoir et de fortune, il va susciter toutes les rancœurs contre lui, et en cinq ans il va tout perdre et être exterminé.

 

. Ouvrages traitant du Clan Taira

Shin Heike Monogatari - Eiji Yoshikawa

Le Héros sacrilège (Shin heike monogatari) Film par Kenji Mizoguchi,

Heike monogatari - trad. René Sieffert

Histoire du Japon médiéval - Pierre François Soury

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires