Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 10:00



ojin-2.jpg



Le  Prince Homuyawake 誉屋別皇子, également appelé Otomowake no mikoto  大鞆和気命, est plus connu sous son nom posthume d' Empereur Ojin  (Ojin tennô 応神天皇)

Il est également vénéré en tant que Dieu shinto sous le nom de Hachiman  八幡神 , Dieu de la guerre et protecteur du Japon, et dans le panthéon bouddhique, il est nommé Grand Bodhisattva Hachiman 八幡大菩薩, (Hachiman Daibosatsu)

 


Considéré comme le quinzième Empereur du Japon, il aurait vécu de 210 à 310 , et régné de 270 à 310. oujinn.jpg

 

D'après le Kojiki et le Nihonshôki, Ōjin était le quatrième fils de l'empereur Chûai 仲哀天皇 et de sa femme Jingû 神功皇后, (Jingū Kōgō Imperatrice Consort)

Chūai étant mort avant la naissance de son fils, Jingū devint régente et contrôla le pays.

 

Voici comment le moine Bouddhiste Nichiren, dans ces célèbres Gosho Zenshu  (Lettres et traités de Nichiren Daishonin, page 1195) décrit la naissance d'Ojin, en même temps qu'il justifie son existence de Deité Bouddhique :

 

" Son père, l'empereur Chuai, sur l'injonction de la Déesse du Soleil (Amaterasu), s'apprêtait à traverser la mer pour envahir le royaume de Silla.(Un des trois royaumes de Corée) Mais le roi de Silla fit jeter un sort sur lui, et l'empereur Chuai mourut à Hakata.

A l'époque, son épouse, l'Impératrice Jingû était enceinte du prince. Mais pour venger l'empereur défunt, elle rassembla une armée de plusieurs dizaines de milliers de cavaliers, et embarqua avec eux pour le royaume de Silla..

Le bateau était en pleine mer lorsqu'elle se sentit sur le point d'accoucher. Alors, l'impératrice s'adressa à l'enfant encore dans son ventre et lui dit : "Es-tu prince héritier ou une petite fille ? Si tu es prince, écoute bien ceci. Je navigue actuellement vers le royaume de Silla.afin de vaincre les ennemis de ton père. Mais je ne suis qu'une femme et je te demande de m'aider. Sois mon général en chef. Si tu dois devenir le souverain du Japon, ne viens pas en ce monde maintenant, et reste dans mon ventre pendant la bataille. Sois le grand général des dizaines de milliers de cavaliers, et lance-toi à l'attaque des ennemis de ton père. Mais si, sans écouter ce que je dis, tu décides quand même de naître immédiatement, je te jetterai à la mer ! Et dans ce cas, il ne faudra pas me le reprocher."

Le prince resta donc encore dans le ventre de sa mère. L'impératrice porta une ceinture de pierres pour se refroidir le ventre *, poursuivit sa route jusqu'à Silla, et vainquit ce royaume. A son retour au Japon, elle se rendit au sanctuaire d'Usa, dans la province de Buzen, et là, elle donna naissance à un fils. Depuis sa conception, trois ans, six mois et trois jours s'étaient écoulés, et il naquit le 8e jour du 4e mois d'une année placée sous le signe cyclique kinoe-tora. C'était l'enfant qui deviendrait plus tard l'empereur Ojin. Il mourut le 15e jour du 2e mois d'une année placée sous le signe cyclique mizunoe-saru. C'est la divinité suprême du Mont Otokoyama, le dieu protecteur de la dynastie qui gouverne notre pays. Bien que sa forme enchâssée n'ait rien d'extraordinaire, il est néanmoins révéré pour ses pouvoirs mystérieux. C'est lui que nous appelons maintenant le grand bodhisattva Hachiman."

 

*  Suivant le Manyôshû et un fragment du Fudoki de la province de Chikuzen, ces pierres étaient toutes deux blanches et merveilleusement belles, de forme ovoïde et d'une longueur d'à peu près quarante centimètres. Elles se trouvaient sur une colline de la province de Chikuzen, qui faisait face à la mer. On les appelait Mikoumi-no-Ishi, ou « Pierres-qui-font-naître-l'auguste-enfant », ou Kofu-no-Isbi, « Pierres-nourricières-de-l'enfant », et tous les passants s'arrê­taient pour se prosterner devant elles. 



ojin-hachiman-1.jpg



En tant qu'Empereur, Ojin a consolidé le pouvoir de la dynastie impériale, entrepris une réforme agraire et développé les échanges culturels avec la Corée et la Chine, notamment en important de Corée de nouvelles techniques de tissage.

C'est durant son règne que des lettrés chinois ont introduit le confucianisme et l'écriture chinoise dans le pays, marquant ainsi le début de la croissance culturelle japonaise




 

Un des traits frappants de cet empereur est une anomalie physique très remarquable soulignée aussi bien dans le Kojiki que dans le Nihonshoki. On raconte en effet dans ces deux documents que, dès sa naissance, il avait à son bras gauche une excroissance qui avait la forme d'un tomo ou honda : ces deux mots sont synonymes et désignent une pièce d'armure que les anciens guerriers japonais attachaient à leur bras gauche afin de le protéger contre les coups de la corde de leur propre arc, et qui produisait en outre un bruit retentissant fort impressionnant, chaque fois que la corde d'arc venait la frapper

il  semble donc que ce tomo soit constitué, dans son cas, par une partie de sa chair, de sorte que l'armure est en fait inséparable de son corps même. Cela ressort clairement de la description du Kojiki : « Quand il vint au monde, la chair constituant un tomo croissait sur son auguste bras », et de celle du Nihonshoki : « Quand il naquit, la chair croissait sur son bras, dont la forme ressemblait à celle d'un honda.

Ce serait à cette étrangeté physique que l'empereur devrait ses deux vrais noms : O-tomo-wake, d'une part ; et Honda, d'autre part, l'appellation Ojin-Tennô étant un titre honorifique posthume.



 OJIN-3.jpg

Hachiman devint également le gardien du clan Minamoto  源

Minmoto no Yoshiie  源 義家prit le nom de Hachiman Taro Yoshiie et, grâce à ses prouesses militaires et sa virtuosité de meneur, fut considéré et respecté comme le bushi *idéal.

Lorsque son descendant Minamoto no Yorimoto  源頼朝 devint Shogun et établit le Shogunat Kamakura, il reconstruisit le sanctuaire Tsurugaoka Hachiman à Kamakura et commença à adorer Hachiman comme gardien de son clan.

 

* Bushi 武士 est un terme d'origine chinoise signifiant littéralement « guerrier   gentilhomme » en japonais.

 

Durant le Moyen Âge japonais, le culte de Hachiman se répandit dans tout le Japon, non seulement chez les bushi, mais également dans la paysannerie. Sa popularité fut telle qu'aujourd'hui il y a plus de sanctuaires qui lui sont dédiés (plus de 30 000 Hachiman-gū au Japon) qu'à n'importe quel autre kami.

L'Usa Hachiman-gû, dans la Préfecture d'Oita est le sanctuaire directeur et, avec les sanctuaires Tsurugaoka Hachiman et Iwashimizu Hachiman le plus important des sanctuaires dédié à Hachiman.


Les armes de Hachiman sont de la forme d'un  tomoe : un tourbillon ou vortex avec trois branches tourné vers la droite ou vers la gauche




tomoe

Partager cet article

Repost 0

commentaires